Fiction des êtres

1. COURS

1. LITTÉRATURE ET SCIENCES HUMAINES
Stéphane Baquey, Jean-Christophe Cavallin

De Bateson à Latour, de Guattari à Citton, de Shusterman à Abram, tout un champ de la pensée contemporaine s’emploie à repenser « les travaux et les jours » de l’homme en termes de relations et d’écologie – écologie de la relation, écologie de la perception ou de l’attention, écologie de la subjectivation. Au croisement entre sciences humaines et littérature, ce cours explorera la contribution que l’anthopologie et la philosophie contemporaines peuvent apporter à la constitution d’une poétique (1) et d’une esthétique (2) pour l’anthropocène.

(1) Poétique pour l’anthropocène (Jc Cavallin)

L’objet de cette première partie est de jeter les bases théoriques d’une nouvelle poétique permettant de battre en brèche l’anthropocentrisme de la poétique aristotélicienne et de la tradition littéraire occidentale. L’étude de quelques philosophes et anthropologues contemporains sera menée dans le but de mettre en place une nouvelle « écologie du récit ».

• Littérature et Anthropologie. L’anthropologie contemporaine s’attache à repenser la distinction entre nature et culture qui servait de fondement théorique à l’anthropologie structurale. C’est l’écologie environnementale et intellectuelle de notre modernité que renouvellent ces discours inspirés en profondeur par les métaphysiques « sauvages » et les ontologies pré-modernes. Les œuvres littéraires, à différents degrés, peuvent gagner à être lues à l’aune de ces visions du monde alternatives. De forts courants d’animisme, d’analogisme, de totémisme, de multinaturalisme traversent les continents de leur univers fictionnels.

Bibliographie : • Philippe Descola, Par-delà nature et culture (Gallimard, 2005) et La composition des mondes (Flammarion, 2014) • Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes (La Découverte, 2013) et Face à Gaïa (La Découverte, 2015) • Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage (Plon, 1962) • Eduardo Viveiros de Castro, Métaphysiques cannibales (Puf, 2011) • Roy Wagner, The Invention of Culture (University of Chicago Press, 1975).

• Littérature et Philosophie.
Du psycho-sociologue Gregory Bateson au phénoménologue David Abram en passant par le philosophe Félix Guattari, différents penseurs contemporains ont reformulé la notion de sujet et de subjectivité en terme d’écologie : écologie de la communication, écologie de la perception, écologie de la subjectivation. Ce qui est en jeu dans ses réflexions est la possibilité de renouer avec une culture de la « grande santé » (Nietzsche) en réinscrivant le sujet dans un écosystème ouvert de relations, de sensations, d’affinités et de devenirs. En tant qu’il n’existe pas en dehors du discours ouvert du récit comme « milieu », le personnage littéraire est le témoin privilégié d’une telle « chaosmose » identitaire.

Bibliographie : • David Abram, Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens (La Découverte, 2013) • Gregory Bateson, Vers une écologie de l’esprit (Seuil, 1995) • Gilles Deleuze & Félix Guattari, Mille Plateaux (Minuit, 1980) • Félix Guattari, Les Trois écologies (Galilée, 1989) et Chaosmose (Galilée, 1992).

(2) Esthétique pour l’anthropocène (S. Baquey)

Littérature et Esthétique (S. Baquey)
Plusieurs approches de l’esthétique contemporaine (Shusterman, Schaeffer) partent d’une critique de conceptions de l’art fondées sur des vues normatives, culturalistes ou spéculatives. Elles leur opposent un parti pris naturaliste que ce soit, après John Dewey, en faisant prévaloir la dimension corporelle de l’expérience de l’art ou bien en s’appuyant sur une description des processus cognitifs et des états émotifs qui s’y déroulent. Alors, l’expérience l’art ne présente plus de caractère exceptionnel, ni dans l’expérience humaine, ni au regard des comportements animaux. Un tel naturalisme n’est pas pour autant un retour à la nature : il recoupe le souci d’une écologie de l’attention dans les sociétés contemporaines (Citton). Une esthétique naturaliste amène à reconsidérer nos usages de la littérature parmi nos conduites quotidiennes.

=> Lecture : « Laurent Jenny, La Vie esthétique : stases et flux (Verdier, 2013) »

Bibliographie : • Yves Citton, Pour une écologie de l’attention (Seuil, 2014) • John Dewey, L’art comme expérience ([1934], Gallimard, 2010) • Jean-Marie Schaeffer, L’art de l’âge moderne. L’esthétique et la philosophie de l’art du XVIIIe siècle à nos jours (Gallimard, 1992), Les Célibataires de l’Art. Pour une esthétique sans mythe (Gallimard, 1996) et L’Expérience esthétique (Gallimard, 2015) • Richard Shusterman, L’Art à l’état vif : la pensée pragmatiste et l’esthétique populaire (Minuit, 1992).

2. ÉCOLINGUISTIQUE ET BIOSÉMIOTIQUE
Signatura rerum. Signes naturels et langages humains

Jean-Christophe Cavallin, William Kels

Toute vie est forme, toute forme est signe et le monde une vaste sémiose. Ce cours est consacré aux problèmes du signe (production, classification, interprétation) et à l’enchevêtrement des signes naturels et conventionnels. Reprenant la triade de Peirce, l’ensemble des leçons abordera successivement : 1. Le problème du SYMBOLE (communication animale et langage humain : Des signes et des singes) ; 2. Le problème de l’ICÔNE (motivation du langage poétique : Poésie et iconicité) ; et 3. Le problème de l’INDICE (techniques d’investigation dans les sciences et dans la littérature : Paléontologies spéculatives).

1ère Leçon. Des Signes et des singes. Cette leçon s’emploie à relire les travaux de la paléo-anthropologie sur l’émergence et l’évolution du langage humain (Leroi-Gourhan, Deacon) dans le lexique de la sémiologie pragmatique (Peirce) et de la zoosémiotique (Uexküll, K. Kull). Son objet est de cartographier les relations complexes enchevêtrant et distinguant l’univers des signes des animaux non humains (sémiosphère animale) et l’univers des signes des animaux humains (sémiosphère humaine).

Étude : « Le Rubicon du Symbolique ». Analyse de la trilogie La Planète des Singes (2011-2017).

2ème Leçon. Poésie et Iconicité. Cette leçon s’emploie à redéployer le problème de la motivation du langage poétique  selon une perspective plurielle croisant les enseignements de la linguistique formaliste (Jakobson), de la sémiologie pragmatique (Peirce) et de la sémantique des textes littéraires (Kristeva, Groupe mu). La notion d’iconicité y servira de pierre de touche ou de scandale pour réévaluer, dans le champ poétique, la thèse de l’arbitrarité des signes linguistiques.

Étude : « L’Albatros » de Baudelaire (Fleurs du mal, « Spleen et Idéal », 1859)

3ème Leçon.  Polices de la reconstitution. Cette leçon étudiera  les conditions d’émergence de ce que Carlo Ginzburg appelle « paradigme indiciaire » (XVIIIe-XIXes.) par lequel l’épistémologie se dote des moyens, essentiellement poétiques, de reconstituerdans des formes cohérentes (plastiques, discursives ou narratives) l’état d’une nature réduite à un répertoire d’indices. Cette vaste enquête d’allure policière, prenant acte de l’effeuillement du « grand livre de la nature », engage un nouveau mode de lecture herméneutique des signes naturels dont la méthode de l’abduction (Peirce, Eco) se fait l’organe logico-poétique.

 Lectures : Voltaire, Zadig ou la Destinée (chapitre 3, « Le chien et le cheval ») ; E. Allan Poe,« Double assassinat dans la rue Morgue ».

2. SÉMINAIRES

1.LA DIVERSITÉ DES ÊTRES
Mathieu Brunet, Eric Leclerc, Étienne Leterrier, Bérengère Parmentier

Il faut certainement beaucoup d’efforts, même s’ils restent le plus souvent inconscients, pour isoler une espèce qui serait humaine, avec son « propre de l’homme », et pour la séparer des êtres multiples avec lesquelles les humains interagissent à chaque instant : animaux, robots et machines, spectres, dieux, monstres, etc. Mais à l’inverse il faut beaucoup de vigilance pour présenter ou représenter les non-humains (les « divers »), sans étouffer les formes de leur diversité.
Ce séminaire sera consacré à un ensemble d’œuvres (narratives ou théâtrales) qui ont en commun de réagencer, par le travail de la fiction, le rapport de l’humain avec ce qu’il perçoit comme son dehors et qui pourtant lui est indissociable.

SÉQUENCE I : Spectres et fantômes (É. Leterrier)
A – Présences fantomatiques dans le roman contemporain (XXe et XXIe siècles)

Le fantôme est une présence qui s’invite régulièrement dans le roman contemporain où il recouvre différentes formes et enjeux. Il engage le processus d’écriture et de lecture (résurgence intertextuelle, revivification d’une culture défunte, fantôme énonciatif, présence de « voix » dans l’écriture), et incarne, conforme à son rôle traditionnel, des identités en crise (figures du double, de la possession, du défunt, héritage du parasite surnaturel…). Il reconfigure aussi dans un moment synthétique divers enjeux : présence insistante d’un passé refoulé ou d’un non dit, expression mémorielle, incarnation d’une minorité ou figure religieuse de réconciliation.
Les trois textes étudiés permettront de s’interroger sur différentes fonctions de la présence fantomatique dans le roman des XXe-XXIe siècles.

Lectures. • Toni MORRISON, Beloved, Knopf Doubleday, 2004. (en français : Beloved, Toni Morrison, 10/18, traduit par Sylviane Rué et Hortense Chabrie). • Kamel DAOUD, Meursault, contre-enquête, Actes Sud, 2014. • Isaac Bashevis SINGER, « The crown feather », « The dead fiddler » et « The unseen », in Collected stories, Modern classics, 2011. Il est conseillé de lire ces nouvelles dans la version originale du volume cité : elles sont dispersées en français dans trois publications : I.B. Singer, « La couronne de plumes » (paru en recueil sous ce titre), « Le violoneux mort » dans Le beau monsieur de Cracovie, et « Celui qui voit sans être vu », dans Gimpel le naïf, tous trois chez Stock).

B – Scénographie des spectres (B. Parmentier)

Une scène de théâtre, c’est le découpage d’une zone spéciale dans l’espace vécu. Les êtres qui y sont présentés constituent une petite communauté qui met en abîme un « monde », incluant des humains mais aussi, selon les cas, des dieux, des choses, des animaux, des spectres, des machines ou des robots, etc. Dans la plupart des pratiques théâtrales, ce sont d’abord les spectres ou « ombres » qui viennent habiter la scène en même temps que les humains vivants. Ils y introduisent une autre temporalité, une autre matérialité. L’exclusion de tout autre être que les humains vivants correspond à une pratique récente et circonscrite (apparue en France au XVIIe siècle) qu’on pourra essayer d’analyser. Plus généralement, le cours invite à considérer le travail théâtral, en-deçà du texte ou du jeu d’acteur, comme l’invention d’une plate-forme où se décide un partage entre les êtres.

Lire :Edward Gordon Craig, « Des spectres dans les tragédies de Shakespeare » (1910), De lart du théâtre, trad. Claire Pedotti, Circé, 1999, p. 202-213. • Charles Stépanoff, Voyager dans linvisible, La Découverte, 2019 (https://diacritik.com/2019/12/09/ouverts-a-la-nuit-entretien-avec-charles-stepanoff-voyager-dans-linvisible/).

SÉQUENCE II : Hybridations.

A.  Découverte australe de Restif de la Bretonne (M. Brunet)

Le texte utopique de Rétif pose des questions qui entrent en résonance forte avec certaines interrogations contemporaines : rapport de l’homme avec les animaux, hybridations, réformes sociales et politiques à envisager sur un modèle naturel, poétique de la nature, etc. C’est ainsi proposer un éclairage décalé dans le cadre de ce séminaire, et rappeler que les liens entre poétique et représentation de la nature, s’ils sont toujours à analyser et interpréter dans un contexte historique donné, sont susceptibles d’être explorés à diverses époques. Oublions donc un moment l’anthropocène, et revenons au dernier siècle de l’Ancien Régime.

Lire : Rétif de la Bretonne, La Découverte australe (deux éditions modernes du texte sont disponibles : un fac-similé de l’édition originale, paru aux éditions Slatkine, 2 vol., Genève, 1979, et une reprise du texte sans ses « suites » dans l’anthologie Voyages aux pays de nulle part, coll. « Bouquins », R. Laffont, Paris 1990. L’édition originale est également disponible sur le site de la BNF (https://gallica.bnf.fr/essentiels/retif-bretonne/decouverte-australe-homme-volant) accompagné de ses belles gravures. • Patrick Tort, Lordre et les monstres. Le débat sur lorigine des déviations anatomiques au XVIIIe siècle, Paris, Syllepse, 1998. • Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française au XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 1963.

B. L’homme-singe ou le singe-homme (É. Lecler)

Le singe darwinien a remis en cause l’idée que l’homme pouvait se faire de soi-même (un soi qui est déjà un autre, s’il se voyait comme créature divine, ange plutôt que bête). Il ne s’agira pas de faire ici la longue histoire du simiesque dans l’humain, mais d’envisager quelques figures fictionnelles hybrides, entre l’homme naturel d’un pionnier de la science-fiction, J.H. Rosny, dont le roman préhistorique La guerre du feu paraît en 1909, et l’artefact génétique de Mémoires de la jungle de Tristan Garcia, paru en 2010. La proximité du singe introduit le trouble, ou plutôt la réversibilité dans le rapport homme-animal, ce qui justifie la précaution de notre titre.

Biblio/video-graphie : • Tristan Garcia, Mémoires de la jungle, Paris, Folio, 2010. • « Cyborg Philosophie » de Thierry Hocquet : https://www.youtube.com/watch?v=gPu_4qde6mU • « L’Homme, un animal comme les autres » d’Étienne Bimbenet:  https://www.youtube.com/watch?v=FFFtFj631vI&t=59s

2. ZOOPOÉTIQUES
Éric Lecler

L’anthropocène est une hypothèse féconde pour remettre en cause le postulat anthropocentriste et poser la question de la poétique de l’humain en même temps que de l’animal.
Le texte de Derrida L’animal que donc je suis, et avant lui, ceux de Deleuze et Guattari sur le devenir-animal de la littérature, sont précurseurs de ce qui émerge actuellement en philosophie politique et en anthropologie dans le champ des études littéraires.
Il existe aujourd’hui un croisement de la zoosémiotique et des études littéraires, et même une zoopoétique comparatiste correspondant aux Animal Studies américaines (Ecocriticism et Environmental Studies). C’est à cette nouvelle discipline émergente qu’entend se rattacher ce séminaire qui étudiera en parallèle, au croisement de la philosophie et de la littérature (Deleuze, Derrida, Bailly), des textes directement littéraires (Melville, Rilke, Henry James, David Garnett, João Guimarães Rosa) et des textes de critique littéraire et stylistique (Jousset, L’Anthropologie du style).

Bibliographie : • Deleuze Gilles et Guattari Félix, Milles Plateaux, Minuit, 1980. • Derrida Jacques, L’Animal que donc je suis, Galilée, 2006. • Bailly, Jean-Christophe, Le Parti pris des animaux, éd. Christian Bourgois, 2013. • Jousset Philippe, Anthropologie du style, Presses univ. de Bordeaux, 2008. • Uexküll Jakob von, Milieu animal et milieu humain, Rivages, 2010.

LITTÉRATURE ET ÉCOLOGIE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search