Fictions des lieux

 

1. COURS

1. ÉCOSYSTÈMES NUMÉRIQUES
Responsable et intervenante : Christine Marcandier
Quelles révolutions l’ère numérique entraîne-t-elle dans la production et dans la diffusion des textes de fiction et de théorie ? Le cours se propose d’étudier la manière dont Internet, les journaux « sans papiers », le numérique, les blogs et les réseaux sociaux ont profondément modifié l’accès au savoir et aux textes. Pensé comme un espace utopique de libre circulation et de partage gratuit des savoirs, susceptible de fonder une communauté virtuelle (le « village planétaire » de Marshall McLuhan), le web a été largement récupéré par la logique capitaliste des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Bouleversement du savoir et de sa diffusion, Internet est désormais l’espace disjonctif ou « oxymorique » (Bernard Méheust) du e-commerce comme des plateformes participatives, de la vente en ligne comme de l’open access (archives ouvertes, téléchargements, green access).
Cet « écosystème numérique » (Bonnet, 2017) est très présent dans la production littéraire contemporaine. De Don DeLillo à Pierre Ducrozet, la fiction se penche sur ces nouvelles machines et ces nouveaux habitus qui modifient en profondeur la forme, la nature et la diffusion des textes (présence des écrivains sur les réseaux, blogs, sites, etc.).
Après avoir brièvement rappelé une histoire du net et contextualisé ses principaux acteurs, ce cours étudie la littérature à l’ère numérique. Quel devenir pour le support imprimé, quelles mutations dans les domaines de la diffusion, de l’édition et de la réception des textes ? Quelles mutations dans les poétiques et les catégories critiques contemporaines ?

=> Lecture narratologique associée : Pierre Ducrozet, L’Invention des corps, Actes Sud, 2017.

Bibliographie : • Gilles Bonnet, Pour une poétique numérique. Littérature et internet. Hermann, 2017. • Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, Des Machines, des plateformes et des foules (Machine, Platform, Crowd, 2017), trad. de Christophe Jaquet, éd. Odile Jacob, 2018 • Jean-François Fogel et Bruno Patino, La Condition numérique. Comment Internet bouleverse nos vies, Points, 2014 (Grasset, 2013) • Kenneth Goldsmith, L’Écriture sans écriture. Du langage à l’ère numérique (Uncreative Writing. Managing Language in the Digital Age, 2011), trad. de François Bon, Jean Boîte éditions, 2018. • Jean-Baptiste Malet, En Amazonie. Infiltré dans « le meilleur des mondes », Pluriel, 2015. • Shoshana Zuboff, L’Âge du capitalisme de surveillance, trad. Bee Formentelli et Anne-Sylvie Homassel, Zulma Essais, 2020.

2. COURS DE LANGUE VIVANTE

 

2. SÉMINAIRES

1. ÉCOUMÈNES. DIRE LES MILIEUX HUMAINS CONTEMPORAINS
Stéphane Baquey, Maxime Decout
La littérature, en expérimentant des modes de diction des milieux humains, rejoint les travaux d’anthropologues et de géographes sur l’habitation des espaces terrestres. Un tournant spatial a été revendiqué dans les études littéraires elles-mêmes. Anthropologues et géographes analysent les échelles de la réalité spatiale (le lieu, le territoire, le milieu, le monde, l’environnement, l’univers…) et les interactions entre ces échelles. Entre le local et le global, la culture et la nature, l’espace social et le milieu, il n’y pas de dissociation possible. Ainsi, le milieu n’est-il pas fondé sur la stabilité d’une géographie physique. L’habitation humaine est une interprétation du monde ambiant, un écoumène en devenir. C’est une évidence qui s’impose avec une urgence sans précédent dans le nouveau monde de la nature vulnérable et qui appelle une entière réévaluation des conditions de l’agir humain.
Importe dès lors l’étude de la pratique des espaces. Pour cela, une poétique des lieux peut répondre à l’anthropologie et à la géographie, les espaces vécus se formant pour partie dans des manières de dire. Il n’y a pas de milieu humain sans diction des lieux en leurs dimensions. Les discours littéraires expérimentent en particulier des pratiques alternatives des lieux. Face aux espaces institués et aux frontières qui les délimitent, ils disent d’autres localisations et d’autres territorialités possibles dans les conditions politiques d’un monde de mobilités accélérées, d’inégalités croissantes et de risques accrus.
La diction littéraire sera abordée à partir de plusieurs ensembles de lectures, pris comme autant de moments d’invention de formes de diction des milieux humains. La lecture de la poésie et post-poésie française contemporaine permettra d’étudier quelques procédés de diction (figurer, rythmer, composer, la littéralité) ; celle de poètes arabophones du Machrek et de prosateurs francophones du Maghreb, la diction de pratiques de l’espace (partir, parcourir, errer, habiter). L’œuvre de Georges Perec, devenue un point de référence central pour les sciences humaines et la littérature contemporaine, nous permettra d’interroger un moment fondateur de la relation à l’espace, où l’écrivain scrute les évidences et les habitudes qui empêchent de le percevoir comme une construction humaine, s’immerge directement dans la vie des lieux et invente des techniques de défamiliarisation pour rénover notre regard.

Lectures 1 : poésie française contemporaine => (extraits de :) Michel Deguy, Donnant donnant. Poèmes 1960-1980 (Gallimard, 2006) ; Jean-Christophe Bailly, Basse continue (Seuil 2000) ; Emmanuel Hocquard, Un Test de solitude. Sonnets (P.O.L, 1998) ; Jean-Marie Gleize, Trouver ici. Reliques & lisières (Seuil, 2018) ; Pierre Alferi, Le Chemin familier du poisson combattif (P.O.L, 1992) ; Philippe Beck, De la Loire (Argol, 2008) ; Anne-James Chaton, Décade (Les Presses du Réel, 2012) ; Marie de Quatrebarbes, Voguer (P.O.L, 2019).

Lectures 2 : Georges Perec => Espèces d’espaces (Galilée, 1974), Tentative de description d’un lieu parisien (Christian Bourgois, 1975) ; extraits de : La Vie mode d’emploi (Hachette, 1978) L’Infra-ordinaire (Seuil, 1989), Ellis Island (POL, 1995) ; Marc Augé, Non-lieux (Seuil, 1992).

Lectures 3 : mondes arabes => (extraits de :) Kateb Yacine, Le Polygone étoilé (Seuil, 1967) ; Nabile Farès, Mémoire de l’Absent (Seuil, 1974) ; Abdelwahab Meddeb, Talismano (Sindbad, [1979] 1987) ; Tahar Djaout, L’Invention du désert (Seuil, 1987) ; => (et, traduits de l’arabe, de :) Adonis, Mémoire du vent. Poèmes 1957-1990 (Gallimard, 1991) ; Mahmoud Darwich, La terre nous est étroite et autres poèmes (Gallimard, 2000); Abbas Beydoun, Portes de Beyrouth et autres poèmes (Sindbad, 2009) ; Iman Mersal, Des choses m’ont échappé (Sindbad, 2018).

À lire avant le cours : • Pour lectures 1 (poésie française) et lectures 3 (mondes arabes) : un ouvrage au choix dans chacune des listes. • Pour lectures 2 : Georges Perec, Espèces d’espaces (Galilée, 1974) et Tentative de description d’un lieu parisien (Christian Bourgois, 1975)

Bibliographie critique complémentaire : • David ABRAM, Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens ([1996], La Découverte, 2013) • Michel AGIER, La Condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire (La Découverte, 2013) • Augustin BERQUE, Écoumènes. Introduction à l’étude des milieux humains (Belin, 1987) • Jacques BERQUE, Langages arabes du présent (Gallimard, 1974) • Michel de CERTEAU, L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire (Gallimard, 1990) • Michel COLLOT, Pour une Géographie littéraire (Corti, 2014) • Tim INGOLD, Marcher avec les dragons ([2013] Seuil, 2018) • Henri LEFEBVRE, Critique de la vie quotidienne. II. Fondements d’une sociologie de la quotidienneté (L’Arche, 1961) • Michel LUSSAULT, Hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation (Seuil, 2017) • Bertrand WESTPHAL, La Géocritique. Réel, fiction, espace (Minuit, 2007).

2. MATIÈRES DE RÉCIT : ENQUÊTES ÉCOPOÉTIQUES
Christine Marcandier, Catherine Mazauric, Crystel Pinçonnat
Dans un monde d’échanges globalisés, les matières premières sont devenues des enjeux prioritaires. Si elles marquent la place et l’action de l’homme dans et sur les écosystèmes, elles dessinent aussi, du point de vue littéraire, des terrains et territoires d’enquête et de fiction, ainsi que des modes d’écriture et de lecture. Il s’agira dans ce séminaire d’étudier comment ces questions écologiques, politiques et économiques travaillent le rapport réel/fiction et modifient la pratique du récit d’enquête, selon trois approches articulées.
Pour chaque partie du séminaire, un texte de création ou de réception (fiction, enquête ou article critique) devra être rendu durant le semestre (avec travail de réécriture personnalisé sur le forum). Descriptif complet : Enquêtes écopoétiques

Christine Marcandier : Matières du récit
•La notion d’enquête à partir de l’étude de deux essais : Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme d’Anna Lowenhaupt Tsing (La Découverte, 2017) et Homo detritus. Critique de la société du déchet de Baptiste Monsaingeon (Seuil, 2017). • Fictions des métaux (Fils conducteurs de Guillaume Poix, Verticales, 2017) et du pétrole (Brut de Dalibor Frioux, Points, 2011). • Exercice d’écriture à partir de l’essai de Jean-Baptiste Malet, L’Empire de l’or rouge (Fayard, 2017), autour de la tomate d’industrie.

Catherine Mazauric : Matières animées – Le terrain du littéraire
Notion d’enquêtes de terrain, à partir de l’essai de Jean Bazin, Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement (Anacharsis, 2008). Fictions de matières premières, matières animées, génies aquatiques (Petroleum de Bessora, Belfond, 2004 et La Malédiction du lamantin. Enquête sur les rives du fleuve Niger de Moussa Konaté, Points, 2009). Exercice d’écriture à partir de l’essai Explore. Investigations littéraires de Florent Coste (Questions théoriques, « Forbidden Beach », 2017).

Crystel Pinçonnat : Réinvestir (la matière occidentale), la recycler
Récit policier, récit d’enquête : Cours d’introduction théorique sur les caractéristiques et le développement du récit d’enquête à partir du roman policier et des formes populaires.
L’enjeu territorial des littératures chicana et amérindienne. Les territoires concernés connaissent des situations de « colonialisme interne » propices à l’émergence de récits écologiques contestataires. Lecture d’extraits de textes fondateurs qui illustrent ces questions comme Ceremony/Cérémonie (1977) de Leslie Marmon Silko et de certaines œuvres plus récentes comme Le Sang noir de la terre (Mean Spirit, 1990) de Linda Hogan, Sous le Soleil de Zia de Rudolfo Anaya (Zia Summer, 2008). Questions écologiques abordées : essais nucléaires, mainmise sur les minerais, déversement des déchets. En réponse à ces problèmes, les écrivains amérindiens et chicanos réinvestissent la matière occidentale, recyclent ses matériaux, se les approprient (mythes, réalisme magique) pour reconquérir symboliquement la terre des ancêtres.
Dans cette perspective, étude d’un texte de Thomas King, écrivain amérindien canadien : La Femme tombée du ciel (The Back of the Turtle, 2014, prix du Gouverneur Général 2014), à partir duquel sera conçu un atelier d’écriture.

3. LES ÉCOLOGIQUES. RÉFLEXIONS SUR L’ENGAGEMENT
Joël July (responsable), Joëlle Zask, Natacha d’Orlando, Maxime Decout, Jean-Christophe Cavallin, etc.
Contre le dé-paysement de la pure textualité, une première écopoétique opérait un « tournant géographique » (spatial turn) qui réimplantait les textes dans une esthétique du terrestre : la littérature redevenait ce qui a lieu (Schoentjes). Fille des « années d’hiver » de l’écologie (Guattari), cette première écopoétique ne faisait pas de politique. Une seconde génération tente aujourd’hui de conjoindre le souci de ce qui a lieu – dans un sens géographique – à l’urgence de ce qui a lieu – au sens historique de la tragédie infligée à la vie terrestre par les modes de production de notre modernité. Pour ce faire, la littérature et les études littéraires doivent essayer de nouveau de réduire le divorce stérilisant qui oppose un « axe politique » à un « axe poétologique ». Penser ensemble ces deux axes est l’objet de ce séminaire, constitué d’une série de conférences revisitant le vieux problème de l’engagement littéraire dans le contexte nouveau de la crise écologique.

=> Cette série de conférences sera ponctuée d’exposés des étudiant.es du M2, qui présenteront leur propre travail de recherche et/ou de création à la lumière de cette question de l’engagement écologique (quels conflits, quelles formes, quelles stratégies, quelles poétiques, etc. ?)

• Jean-Christophe Cavallin. “Engagez-vous, qu’ils disaient !” Sartre, Adorno et la crise écologique. La crise de l’humanisme dans laquelle Sartre et les écrivains de sa génération se trouvèrent brusquement « embarqués » les obligea à renoncer au fétichisme hermétique de l’expérience littéraire et à la situer historiquement (« Situation de l’écrivain en 1947 ») . Les questions de notre temps n’expriment plus seulement une crise  de l’humain, mais une crise du vivant à l’échelle de la planète. Il faut relire le texte de Sartre afin de le resituer dans notre contexte actuel. Une nouvelle « littérature des situations extrêmes » n’a pas vraiment d’autre choix que de rompre le solipsisme de la condition humaine et d’en intégrer le souci dans la tragédie générale de la condition terrestre.
Cette leçon introductive aura comme point de départ deux articles publiés dans le magazine Diacritik : L’Extrême Littérature & La Planète des fins.

Joëlle Zask. Démocratie et écologie. « Je partirai de la notion pragmatiste d’expérience, individuelle ou commune, pour montrer que la démocratie est nécessairement écologique, ou qu’elle n’est pas. Ce sera une manière de politiser l’écologie sans dévoyer les idéaux de partages dont les écosystèmes sont par définition porteurs. » (J. Zask)

• Joëlle Zask. Ce que les animaux sauvages disent de la ville et de la condition urbaine.« La présence d’animaux sauvages en ville, dont on peut penser qu’elle va être de plus en plus importante, nous engage à repenser ce qu’est la ville et à la reconstruire de manière à assurer la coexistence entre des espèces différentes, indépendamment de nos phobies comme de nos objets de fascination habituels. » (J. Zask)

• Joël July. L’Émergence provocante du Rap rural.

• Maxime Decout. Figures de l’écologie, 1. Romain Gary, Les Racines du ciel.

• Maxime Decout. Figures de l’écologie, 2. Chevillard, Sans l’orang outan.

• Natacha d’Orlando. “Le devenir de l'”autre”: l’engagement écoféministe à la croisée des altérités. Terre à féconder, à domestiquer ou à pénétrer, terre nourricière maternelle ou marâtre: les féminisations de la nature, qu’elles s’inscrivent dans un discours sur l’exploitation (agricole, minière, coloniale, etc.) ou qu’elles servent une éthique de la responsabilité, révèlent une pensée de la nature comme autre et, plus précisément, comme une Autre. Partant, les relations au monde naturel ont été souvent théorisées à partir d’une association métaphorique entre « femme » et « nature » et ont pris quelques relations de genre (époux/épouse, fils/mère ou séducteur/séduite) comme modèle de rapport au vivant. Les engagements écoféministes permettent de repenser les fondements de cette double association (féminisation de la nature et naturalisation du sujet « femme ») et les types de rapport que cette association implique. Nous nous pencherons donc sur cet engagement écoféministe qui, pointant l’androcentrisme et l’anthropocentrisme de notre rapport au vivant, conjugue critique des représentations et formulation d’imaginaires et de récits alternatifs.

4. CLASSE DE CRÉATION EN LIGNE ET/OU SUIVI D’ÉCRITURE
Jane Sautière & Pierre Vinclair

Atelier JANE SAUTIÈRE. “Sauvagerie (se sauver)”. On part de : une bête se sauve, elle échappe à la domestication, à la captivité. C’est une tigresse, un cochon, un singe, un canari, une vache qui cache son veau, votre canari. Elle se sauve, elle sauve la vie dans le même mouvement. C’est aussi le but que nous assignons à notre écrit. Que la littérature soit la modalité, l’instrument de ce sauvetage, de cette sauvagerie. Elle prend toutes les formes qui lui conviennent. Elle est une plaque sensible, ignore la censure, va comme une bête, le rein bas, les yeux partout, pupilles dilatées. Elle va irrépressiblement au risque de la perte. Vous la suivez. Vous utilisez la nuit qui est le temps de la fuite et sera celui de l’écriture, ce qui est vu, pressenti, imaginé, yeux et oreilles absolument ouverts.

Bibliographie : • Yannick Le Marec, Constellation du tigre, Arléa • Jean-Baptiste del Amo, Règne animal,  Gallimard • Gérard Haller, Mbo, Harpo & • Franz Kafka, Communication à une académie, in La métamorphose et autres récits, Gallimard • Nastassja Martin, Croire aux fauves, Verticales. — • Jane Sautière, Mort d’un cheval dans les bras de sa mère, Verticales.
 
Atelier PIERRE VINCLAIR. La littérature est un humanisme. Elle s’est construite autour de l’idée que nous pouvions avoir une empathie avec autrui ; que nous pouvions, écrivains, en redonner les pensées de manière crédible ; que nous pouvions, lecteurs, nous attacher à la représentation d’une telle intériorité. Au principe du personnage, il y a l’idée d’une altérité mais relative, sur fond de commune appartenance. Et les grands romans sont des portraits : Madame Bovary, Portrait of a LadyMrs Dalloway, etc. 
Les animaux, eux, restent dans l’immense majorité des cas relégués au statut d’éléments du décor. Comment élargir l’écriture aux êtres non-humains ? Sur fond de quelle identité mettre en scène quelle altérité ? Peut-on imaginer un roman Sur l’alouette qui niche en face de chez moi, un Portrait du cheval de la ferme de Madame Marty, ou des Aventures de Miss Tique ?Qu’est-ce l’action d’un animal (de quel animal ?) et comment la décrire ? Qu’est-ce que son intériorité, et comment la décrire ? Comment faire le portrait d’un animal, et comment cela déplace la littérature ?
Ce sont à ces questions que nous essaierons de répondre, en pratique, dans l’atelier, en écrivant le portrait d’animaux individualisés, avec lesquels nous vivons, auxquels nous tenons, grâce auxquels nous tenons.

Bibliographie : • Ernest Seton, Lobo le Loup, Corti • Virginia Woolf, Flush : Une biographie, Le Bruit du temps • Jack London, L’Appel de la forêt et Croc-Blanc • Stéphanie Hochet, L’Animal et son biographe, Rivages poche — • Pierre Vinclair,  La Sauvagerie, Corti.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search