Fictions des lieux

 

1. COURS

 

1. ÉCOSYSTÈMES NUMÉRIQUES
Responsable et intervenante : Christine Marcandier

Quelles révolutions l’ère numérique entraîne-t-elle dans la production et dans la diffusion des textes de fiction et de théorie ? Le cours se propose d’étudier la manière dont Internet, les journaux « sans papiers », le numérique, les blogs et les réseaux sociaux ont profondément modifié l’accès au savoir et aux textes. Pensé comme un espace utopique de libre circulation et de partage gratuit des savoirs, susceptible de fonder une communauté virtuelle (le « village planétaire » de Marshall McLuhan), le web a été largement récupéré par la logique capitaliste des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Bouleversement du savoir et de sa diffusion, Internet est désormais l’espace disjonctif ou « oxymorique » (Bernard Méheust) du e-commerce comme des plateformes participatives, de la vente en ligne comme de l’open access (archives ouvertes, téléchargements, green access).
Cet « écosystème numérique » (Bonnet, 2017) est très présent dans la production littéraire contemporaine. De Don DeLillo à Pierre Ducrozet, la fiction se penche sur ces nouvelles machines et ces nouveaux habitus qui modifient en profondeur la forme, la nature et la diffusion des textes (présence des écrivains sur les réseaux, blogs, sites, etc.).
Le cours étudie la littérature à l’ère numérique. Quel devenir pour le support imprimé, quelles mutations dans les domaines de la diffusion, de l’édition et de la réception des textes ? Quelles mutations dans les poétiques et les catégories critiques contemporaines ?

=> Lecture narratologique associée : Pierre Ducrozet, L’Invention des corps, Actes Sud, 2017.

Bibliographie : • Gilles Bonnet, Pour une poétique numérique. Littérature et internet. Hermann, 2017. • Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, Des Machines, des plateformes et des foules (Machine, Platform, Crowd, 2017), trad. de Christophe Jaquet, éd. Odile Jacob, 2018 • Jean-François Fogel et Bruno Patino, La Condition numérique. Comment Internet bouleverse nos vies, Points, 2014 (Grasset, 2013) • Kenneth Goldsmith, L’Écriture sans écriture. Du langage à l’ère numérique (Uncreative Writing. Managing Language in the Digital Age, 2011), trad. de François Bon, Jean Boîte éditions, 2018. • Jean-Baptiste Malet, En Amazonie. Infiltré dans « le meilleur des mondes », Pluriel, 2015.

 

2. COURS DE LANGUE VIVANTE

 

2. SÉMINAIRES

 

1. ÉCOUMÈNES. DIRE LES MILIEUX HUMAINS CONTEMPORAINS
Stéphane Baquey, Maxime Decout

La littérature, en expérimentant des modes de diction des milieux humains, rejoint les travaux d’anthropologues et de géographes sur l’habitation des espaces terrestres. Un tournant spatial a été revendiqué dans les études littéraires elles-mêmes. Anthropologues et géographes analysent les échelles de la réalité spatiale (le lieu, le territoire, le milieu, le monde, l’environnement, l’univers…) et les interactions entre ces échelles. Entre le local et le global, la culture et la nature, l’espace social et le milieu, il n’y pas de dissociation possible. Ainsi, le milieu n’est-il pas fondé sur la stabilité d’une géographie physique. L’habitation humaine est une interprétation du monde ambiant, un écoumène en devenir. C’est une évidence qui s’impose avec une urgence sans précédent dans le nouveau monde de la nature vulnérable et qui appelle une entière réévaluation des conditions de l’agir humain.
Importe dès lors l’étude de la pratique des espaces. Pour cela, une poétique des lieux peut répondre à l’anthropologie et à la géographie, les espaces vécus se formant pour partie dans des manières de dire. Il n’y a pas de milieu humain sans diction des lieux en leurs dimensions. Les discours littéraires expérimentent en particulier des pratiques alternatives des lieux. Face aux espaces institués et aux frontières qui les délimitent, ils disent d’autres localisations et d’autres territorialités possibles dans les conditions politiques d’un monde de mobilités accélérées, d’inégalités croissantes et de risques accrus.
La diction littéraire sera abordée à partir de plusieurs ensembles de lectures, pris comme autant de moments d’invention de formes de diction des milieux humains. La lecture de la poésie et post-poésie française contemporaine permettra d’étudier quelques procédés de diction (figurer, rythmer, composer, la littéralité) ; celle de poètes arabophones du Machrek et de prosateurs francophones du Maghreb, la diction de pratiques de l’espace (partir, parcourir, errer, habiter). L’œuvre de Georges Perec, devenue un point de référence central pour les sciences humaines et la littérature contemporaine, nous permettra d’interroger un moment fondateur de la relation à l’espace, où l’écrivain scrute les évidences et les habitudes qui empêchent de le percevoir comme une construction humaine, s’immerge directement dans la vie des lieux et invente des techniques de défamiliarisation pour rénover notre regard.

Lectures 1 : poésie française contemporaine => (extraits de :) Michel Deguy, Donnant donnant. Poèmes 1960-1980 (Gallimard, 2006) ; Jean-Christophe Bailly, Basse continue (Seuil 2000) ; Emmanuel Hocquard, Un Test de solitude. Sonnets (P.O.L, 1998) ; Jean-Marie Gleize, Trouver ici. Reliques & lisières (Seuil, 2018) ; Pierre Alferi, Le Chemin familier du poisson combattif (P.O.L, 1992) ; Philippe Beck, De la Loire (Argol, 2008) ; Anne-James Chaton, Décade (Les Presses du Réel, 2012) ; Marie de Quatrebarbes, Voguer (P.O.L, 2019).

Lectures 2 : Georges Perec => Espèces d’espaces (Galilée, 1974), Tentative de description d’un lieu parisien (Christian Bourgois, 1975) ; extraits de : La Vie mode d’emploi (Hachette, 1978) L’Infra-ordinaire (Seuil, 1989), Ellis Island (POL, 1995) ; Marc Augé, Non-lieux (Seuil, 1992).

Lectures 3 : mondes arabes => (extraits de :) Kateb Yacine, Le Polygone étoilé (Seuil, 1967) ; Nabile Farès, Mémoire de l’Absent (Seuil, 1974) ; Abdelwahab Meddeb, Talismano (Sindbad, [1979] 1987) ; Tahar Djaout, L’Invention du désert (Seuil, 1987) ; => (et, traduits de l’arabe, de :) Adonis, Mémoire du vent. Poèmes 1957-1990 (Gallimard, 1991) ; Mahmoud Darwich, La terre nous est étroite et autres poèmes (Gallimard, 2000); Abbas Beydoun, Portes de Beyrouth et autres poèmes (Sindbad, 2009) ; Iman Mersal, Des choses m’ont échappé (Sindbad, 2018).

À lire avant le cours : • Pour lectures 1 (poésie française) et lectures 3 (mondes arabes) : un ouvrage au choix dans chacune des listes. • Pour lectures 2 : Georges Perec, Espèces d’espaces (Galilée, 1974) et Tentative de description d’un lieu parisien (Christian Bourgois, 1975)

Bibliographie critique complémentaire : • David ABRAM, Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens ([1996], La Découverte, 2013) • Michel AGIER, La Condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire (La Découverte, 2013) • Augustin BERQUE, Écoumènes. Introduction à l’étude des milieux humains (Belin, 1987) • Jacques BERQUE, Langages arabes du présent (Gallimard, 1974) • Michel de CERTEAU, L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire (Gallimard, 1990) • Michel COLLOT, Pour une Géographie littéraire (Corti, 2014) • Tim INGOLD, Marcher avec les dragons ([2013] Seuil, 2018) • Henri LEFEBVRE, Critique de la vie quotidienne. II. Fondements d’une sociologie de la quotidienneté (L’Arche, 1961) • Michel LUSSAULT, Hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation (Seuil, 2017) • Bertrand WESTPHAL, La Géocritique. Réel, fiction, espace (Minuit, 2007).

 

2. MATIÈRES DE RÉCIT : ENQUÊTES ÉCOPOÉTIQUES
Christine Marcandier, Catherine Mazauric, Crystel Pinçonnat

Dans un monde d’échanges globalisés, les matières premières sont devenues des enjeux prioritaires. Si elles marquent la place et l’action de l’homme dans et sur les écosystèmes, elles dessinent aussi, du point de vue littéraire, des terrains et territoires d’enquête et de fiction, ainsi que des modes d’écriture et de lecture. Il s’agira dans ce séminaire d’étudier comment ces questions écologiques, politiques et économiques travaillent le rapport réel/fiction et modifient la pratique du récit d’enquête, selon trois approches articulées.
Pour chaque partie du séminaire, un texte de création ou de réception (fiction, enquête ou article critique) devra être rendu durant le semestre (avec travail de réécriture personnalisé sur le forum). Descriptif complet : Enquêtes écopoétiques

Christine Marcandier : Matières du récit
•La notion d’enquête à partir de l’étude de deux essais : Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme d’Anna Lowenhaupt Tsing (La Découverte, 2017) et Homo detritus. Critique de la société du déchet de Baptiste Monsaingeon (Seuil, 2017). • Fictions des métaux (Fils conducteurs de Guillaume Poix, Verticales, 2017) et du pétrole (Brut de Dalibor Frioux, Points, 2011). • Exercice d’écriture à partir de l’essai de Jean-Baptiste Malet, L’Empire de l’or rouge (Fayard, 2017), autour de la tomate d’industrie.

Catherine Mazauric : Matières animées – Le terrain du littéraire
Notion d’enquêtes de terrain, à partir de l’essai de Jean Bazin, Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement (Anacharsis, 2008). Fictions de matières premières, matières animées, génies aquatiques (Petroleum de Bessora, Belfond, 2004 et La Malédiction du lamantin. Enquête sur les rives du fleuve Niger de Moussa Konaté, Points, 2009). Exercice d’écriture à partir de l’essai Explore. Investigations littéraires de Florent Coste (Questions théoriques, « Forbidden Beach », 2017).

Crystel Pinçonnat : Réinvestir (la matière occidentale), la recycler
Récit policier, récit d’enquête : Cours d’introduction théorique sur les caractéristiques et le développement du récit d’enquête à partir du roman policier et des formes populaires.
L’enjeu territorial des littératures chicana et amérindienne. Les territoires concernés connaissent des situations de « colonialisme interne » propices à l’émergence de récits écologiques contestataires. Lecture d’extraits de textes fondateurs qui illustrent ces questions comme Ceremony/Cérémonie (1977) de Leslie Marmon Silko et de certaines œuvres plus récentes comme Le Sang noir de la terre (Mean Spirit, 1990) de Linda Hogan, Sous le Soleil de Zia de Rudolfo Anaya (Zia Summer, 2008). Questions écologiques abordées : essais nucléaires, mainmise sur les minerais, déversement des déchets. En réponse à ces problèmes, les écrivains amérindiens et chicanos réinvestissent la matière occidentale, recyclent ses matériaux, se les approprient (mythes, réalisme magique) pour reconquérir symboliquement la terre des ancêtres.
Dans cette perspective, étude d’un texte de Thomas King, écrivain amérindien canadien : La Femme tombée du ciel (The Back of the Turtle, 2014, prix du Gouverneur Général 2014), à partir duquel sera conçu un atelier d’écriture.

 

3. HÔTEL PANIQUE. L’ÉCOPOÉTIQUE À L’ASILE
William Kels, Jean-Christophe Cavallin

Ce séminaire sans enseignement s’articule autour d’un projet d’écriture collective inspiré du projet PANDÉMONIUM, dans lequel étudiant.es, enseignant.es, écrivains et grand public ont été embarqué.es au printemps 2020.

La croisière du Pandémonium s’achève avec le festival Extra!, en septembre 2020 au Centre Pompidou. Afin de poursuivre la réflexion sur le « grand renfermement » dont l’on pourrait faire le paradigme de notre époque comme Foucault en faisait celui de l’époque classique, on abandonne la figure d’un paquebot en quarantaine pour celle d’un hôpital-prison, et le confinement en cabine pour la réclusion en cellule. Mêlant recherche et création (dans le sillage d’Haraway et des « speculative fabulations »), le projet HÔTEL PANIQUE lance le chantier d’une grande fiction encyclopédique dont l’objet est de brosser un panorama de l’écopoétique et des humanités environnementales de ces quinze dernières années.

L’argument est simple. Dans un futur proche, au nom d’une prophylactique Raison universelle, un asile-prison est construit pour y enfermer les penseurs atteints de ce nouveau mal du siècle qu’est l’anxiété écologique sous ses deux aspects principaux : écophobie (peur irraisonnée des cataclysmes climatiques à venir et de la « vengeance » de la terre) et écopathie (sympathie déraisonnable pour l’ensemble des vivants victimes d’un écocide).

En mettant à profit à la fois les connaissances théoriques et les protocoles d’écriture acquises et pratiqués en M1, les étudiant.es devront construire et peupler cet hôpital psychiatrique. • Il s’agira d’abord de faire le plan des différents pavillons dont se composeront  les deux ailes de l’hôpital (aile des écophobes, aile des écopathes), chacun de ces pavillons accueillant un des principaux courants des humanités environnementales contemporaines et présentant ironiquement chacun de ces courants sous l’espèce d’une pathologie. • Il s’agira ensuite d’enfermer dans ces pavillons les principaux représentants de ces différents courants de pensée et d’en peindre le portrait en névropathes patentés du « nouvel ordre écologique » (Luc Ferry). • Il s’agira enfin de choisir sa propre cellule dans un des pavillons de cet hôpital et de faire son autoportrait en aliéné de l’écologie.

Dans la tradition d’Érasme et de l’Éloge de la folie, la gageure de cette fiction encyclopédique est de parvenir à ce que, sous le voile de la satire (tableau clinique de la pensée écologique peint par la raison occidentale), se révèlent peu à peu une autre espèce de raison, d’autres relations au monde et d’autres ontologies.

=> Site à construire : Hôtel panique. L’Écopoétique à l’asile

Lectures préparatoires : • Dante, La Divine Comédie. L’Enfer (trad. Jacqueline Risset), GF. • Lucien de Samosate, Les Philosophes aux enchères (ou Les Sectes à l’encan) • Herman Melville, Mardi (préf. Dominique Fernandez), GF.

 

4. CLASSE DE CRÉATION EN LIGNE ET/OU SUIVI D’ÉCRITURE

Les étudiant.es doivent choisir entre les deux ateliers suivants :

=> Choix A : LES ÉCOLOGIQUES
Baptiste Lanaspeze et Marin Schaffner

Ce qu’on peut entendre par « écologie » est aussi vaste que complexe. Du point de vue occidental, elle est une science, née au sein de l’histoire naturelle, qui devient un mouvement social dans les années 1960, puis un mouvement politique et philosophique à partir des années 1970, pour altérer progressivement toutes les disciplines des sciences humaines.

Ce grand récit n’en est qu’un parmi d’autres. Mais plus encore, l’écologie elle-même, dans sa richesse interne, invite à raconter d’autres histoires, autrement.

Science des lieux, l’écologie tend à générer des récits — multiples, situés, temporaires et aventureux. Des histoires qui invitent à raconter la diversité des mondes et des situations, des temporalités et des espaces.

Vouloir raconter dans une perspective écologique, c’est donc forcément opérer par mélange. C’est construire des histoires depuis les marges, aussi bien que mettre à jour des enchevêtrements au-delà de l’humain (Raffles 2016, Tsing 2017). C’est abolir toute frontière entre poétique et politique, comme transformer la narration (Snyder 2018, Antémonde 2018, Pignocchi 2018). C’est encore multiplier les perspectives pour comprendre autrement ce à quoi nous tenons (Schaffner 2019)… Et la liste est encore longue.

Aux confins de la fiction et de la non-fiction, l’écologie peut ainsi s’appréhender comme une « science narrative » (Morizot 2016) qui recompose nos représentations.

Cet atelier d’écriture cherchera donc à proposer un ensemble d’outils pour mieux se saisir de ces hybridations — des savoirs et des styles, des perspectives et des formes. Son objectif sera de nous faire nous questionner sur la manière éthique dont se construit tout récit et, plus largement, sur les modes d’expression les plus à-mêmes de témoigner de la complexité avec la plus grande simplicité.

• MARIN SCHAFFNER est ethnologue, écrivain et pédagogue. Voyageur au long cours, il est l’auteur de l’ouvrage Un sol commun: lutter, habiter, penser (Wildproject, 2019) et traduit actuellement une anthologie de textes sur l’écologie sociale (à paraître, Wildproject, 2020). Il mène également de nombreux ateliers d’écriture et des formations en écologie auprès de publics variés — voir par exemple http://ecologiedulivre.org —, dans un souci d’émancipation collective des imaginaires. • BAPTISTE LANASPEZE est éditeur. Fondateur des éditions Wildproject, il est notamment l’auteur de Ville sauvage: essai d’écologie urbaine (Actes Sud, 2012). Il est également le cofondateur du GR2013 et des Sentiers Métropolitains (médaille d’Urbanisme). Par son travail d’éditeur, il accompagne les auteurs dans le développement de leurs mondes propres.

=> Choix B :  LES ÉCHOS CRITIQUES
Christine Marcandier et Lise Wajeman

Comme l’écrivent Yves Citton et Jacopo Rasmi dans Générations collapsonautes (Seuil, 2020), « l’effondrement cartonne ! ». Essais et fictions écopoétiques rencontrent un nombre croissant de lectrices et lecteurs, des maisons d’édition (Rue de l’Échiquier, Dehors, Wildproject etc.) se spécialisent dans ce domaine, d’autres créent des collections dédiées — comme « Anthropocène » ou « Points Terre » au Seuil. Enregistrant ce « basculement d’époque », les journaux construisent leur une ou titrent sur les catastrophes écologiques, le dérèglement climatique, la solastalgie, publient des tribunes et appels, etc.

Certes, la fin du monde fait vendre mais, selon les deux auteurs de Générations collapsonautes, il ne s’agit pas seulement d’un effet de mode mais bien d’un besoin de nouveaux types de récits : « nous ne nous découvrons « terrestres », selon le beau terme promu par Bruno Latour (Face à Gaïa, 2015), que pour nous en trouver aussitôt atterré.e.s — terrifié.e.s de nos attachements à une Terre que la plupart de nos gestes rendent inhabitables ».

Journalistes, chroniqueurs et critiques se doivent de rendre compte de cette nouvelle cartographie du contemporain, du côté des parutions comme de la profonde mutation du lectorat (lectrices et lecteurs de théorie ou fiction comme de journaux). Dès lors quelle place pour l’écriture journalistique dans un monde en crise, entre enregistrement d’une « vogue », mise en perspective critique et, parfois, engagement ?

Puisque, comme l’écrivait Latour dans Face à Gaïa, « tout change dans la manière de raconter des histoires », il s’agira dans cette classe en ligne de pratiquer différents types d’écritures journalistiques (portrait, compte-rendu critique, entretien, reportage…) pour mesurer en quoi les « décolonisations » de nos imaginaires et les questionnements éthiques portés par l’écocritique transforment la critique littéraire.

Quelques-uns des « échos critiques » que vous produirez, soumis au comité de rédaction du journal en ligne Diacritik, seront publiés dans la rubrique « Ecocritik ».

• CHRISTINE MARCANDIER a été journaliste littéraire pour Mediapart entre 2011 et 2015, elle est désormais co-rédactrice en chef de Diacritik. • LISE WAJEMAN est journaliste littéraire pour Mediapart depuis 2016.

LITTÉRATURE ET ÉCOLOGIE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search