Fictions des mondes

1. COURS

1. MÉTHODOLOGIE. ARGUMENTATION ET NARRATION
Jean-Christophe Cavallin

Ce cours propose des outils méthodologiques susceptibles de réduire le clivage entre textes littéraires et textes critiques. Un roman, une nouvelle, un poème, mais aussi bien un mémoire de recherche, un essai ou un article de presse ne fonctionnent qu’à la condition de créer une discordance dont la tension engage la participation cognitive et affective de leur lecteur : sans conflit productif, pas de récit ; sans prémisses antithétiques, pas de discours démonstratif. L’antagonisme aux fondements de toute narration et l’antithèse aux fondements de toute argumentation permettent de penser un parallélisme général entre la grammaire disjonctive du récit et la grammaire dialectique des textes argumentatifs. Conçu à la fois comme propédeutique à la recherche et propédeutique à la création, ce cours prépare méthodologiquement aussi bien à la production qu’à l’analyse et à la critique des textes.
Conçu comme un accompagnement à la mise en place du travail de mémoire (recherche ou création), le cours propose en outre une réflexion de praticien sur le conflit entre tension et attention dans la littérature narrative et critique : problème de l’aliénation du lecteur, poétique et fonction des textes non tensifs, rapport texte/contexte, ouverture au monde et clôture du livre, etc.

Bibliographie : • Aristote, Poétique (LP, 1990) et Topiques (GF, 2015) • Raphaël Baroni, La Tension narrative (Seuil, 2007) • Umberto Eco, Lector in fabula (LP, 1989) • Boris Tomachevski, « Thématique » in Théorie de la littérature (Seuil, 1966). — • Jean-Christophe Cavallin, Valet Noir. Vers une écologie du récit, Corti, 2021.

2. PERSPECTIVES ÉCOCRITIQUES
Christine Marcandier

Dérèglement climatique, impact planétaire des activités humaines, biodiversité menacée, catastrophes écologiques, apocalypse annoncée : autant de sujets massivement entrés dans le champ littéraire depuis quelques décennies. Ces nouveaux sujets donnent lieu à de nouveaux discours et à de nouvelles topiques qui engagent le rapport entre réel et fiction et questionnent aussi bien nos représentations sociales, économiques et politiques que l’articulation nature/culture et le rapport de l’homme aux autres espèces vivantes.
L’écocritique — « application de l’écologie et de concepts écologiques à l’étude de la littérature » (Rueckert, 1978) — est une discipline apparue aux USA au début des années 1990 qui se propose d’analyser des textes dans lesquels la nature, l’environnement, les animaux, le posthumanisme ou l’apocalypse ne sont pas seulement des décors ou des prétextes mais les fondements mêmes du récit et de ses enjeux.
Que cette étude soit désignée sous le nom d’écocritique, de green studies ou d’écopoétique, elle se donne pour double objet d’interroger un faire littéraire (poiein) ou un discours (logos) sur notre « maison » (oikos) et de sortir l’analyse critique des limites des littératures nationales comme des genres et des disciplines : les textes écopoétiques répondent à des enjeux universels. L’objet de ce cours est de proposer une histoire de ce courant critique et de ses textes fondateurs, afin d’étudier en quelle mesure une telle approche critique, transnationale, transdisciplinaire et transmédiatique, enrichit notre analyse de textes de fiction en tant que producteurs de mondes.

=> lecture associée : Richard Powers, L’Arbre Monde, 10/18, 2019 (2018).

Bibliographie : • Séverine Kodjo-Grandvaux, Devenir vivants, éditions Philippe Rey, 2021 • Jean-Christophe Cavallin, Valet noir. Vers une écologie du récit, éditions José Corti, 2021 • The Ecocriticism Reader, Landmarks in Literary Ecology, ed. by Cheryll Glotfelty & Harold Fromm, Athens and London, The University of Georgia Press, 1996. • Écopoétiques, Alain Romestaing, Pierre Schoentjes et Anne Simon (dir.), Fixxion, n° 11, 2015 (en ligne) • Stephanie Posthumus, French Ecocritique. Reading Contemporary French Theory and Fiction Ecologically, University of Toronto Press, 2017.

3. COURS DE LANGUE VIVANTE

2. SÉMINAIRES

1. POÉTIQUES DU PAYSAGE
Michel Bertrand, Grégoire Tavernier

Le paysage, comme espace et objet de représentation, n’a pas toujours existé. Parce qu’il n’a pas d’évidence naturelle, qu’il suppose un lecteur pour le déchiffrer, un spectateur pour le regarder, un promeneur pour le parcourir, un artiste pour l’agencer, le paysage est de main d’homme : fondamentalement lié à la naissance et à la crise de l’anthropocène, il est un enjeu fondamental pour la littérature et les arts plastiques aujourd’hui. De l’invention du paysage au Land Art, en passant par les vertus esthétiques de la pollution, ce séminaire observera comment nous définissions nos environnements.

Michel Bertrand. Ce séminaire sera l’occasion d’observer comment le paysage se constitue, se transforme, se défait. À cet égard, parce qu’il inscrit l’éphémère du temps dans la stabilité de l’espace, le land art est une parfaite métaphore du temps qui passe, de la marque de l’humain sur le paysage, de sa dégradation, de sa dissolution, de sa disparition… Et le lieu lui-même se transforme, au fil des saisons, selon les aléas des intempéries, sous le filtre des couleurs du jour et de la nuit. De l’installation rudimentaire au jardin, l’œuvre périssable est condamnée à disparaître et à ne subsister que sous forme de captation filmique ou photographique. Mais, ce que manifeste magistralement l’image, le texte ne l’exprimait-il pas lui aussi à sa manière sous la forme de poèmes adressés, de romans dédiés, d’œuvres théâtrales sans cesse reprises et délaissées ? Comme le paysage, le paysagiste est pure création, pure illusion peut-être. 

Grégoire Tavernier. « L’homme et ses empreintes depuis le XIXe siècle : paysages de l’étalement humain ». Nous partirons d’un constat : les paysages naturels et leurs représentations, dès l’origine anthropocentrés du côté de l’artiste (à la fois descripteur et démarcateur), sont soumis à des décors toujours plus artificialisés, saturés d’empreintes humaines d’autant plus manifestes qu’elles se dispersent et s’agrandissent à la fois. Le XIXe siècle constitue dans cette progression le moment d’une accélération décisive, au moins dans le nord de l’Europe : la croissance démographique, l’industrialisation et l’urbanisation conjuguées bousculent radicalement la physionomie de nombre de paysages ; les villes autrefois groupées jaillissent hors de leurs anciennes fortifications, et disséminent autour d’elles leur architecture, leurs objets domestiques et leurs voies de circulation.
Suivre cet empiètement croissant de l’humain dans le paysage à travers ses représentations picturales et littéraires notamment, suppose de s’intéresser à une poétique de l’hybridation, à la superposition, dans un même espace contraint, de naturalia, d’artificialia et de ce qu’il faudra bientôt appeler ordures ou déchets, ces altérations et diminutions des productions humaines qui polluent le monde. Sous l’hybridation perce ainsi, et c’est ce qui nous intéressera, des affrontements passés, en cours ou en devenir ; sous l’instantané paysager se lit tout un récit latent qui le dramatise : une « lutte des places » entre l’homme et le vivant. On réfléchira aux modalités indiciaires de cet affrontement, qui tend au combat à mort, ainsi qu’à ses évolutions, depuis le seuil du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. On sera par exemple attentif à ce fil qui mène d’une fascination esthétique devant le développement moderne de la « ville immense » (Baudelaire, Rimbaud), jusqu’aux remises en question éthiques de cet impérialisme et de ce gigantisme mortifère. Autre infléchissement qu’il faudra analyser de près, celui qui concerne l’intuition catastrophiste du devenir humain, qu’elle se traduise chez les romantiques par les paysages de ruine ou d’effondrement (version terminative ou en actes), sous l’action d’une Nature active et violente, ou qu’elle se traduise plus tard par les paysages de l’homme auto-asphyxié, de cet homo detritus menacé par les continents de déchets qu’il accumule et qui se substituent à un vivant en voie d’épuisement.
Cette partie du séminaire sera ainsi l’occasion, à partir de l’étude attentive des dispositifs littéraires et picturaux d’hybridation et d’expansion, de s’interroger sur les « moralités » de ces empreintes humaines en voie de saturation dans les représentations paysagères. Si l’humain se reflète avec ses œuvres et ses produits dans le grand théâtre du monde, c’est pour penser sa place et son destin, les possibilités contrariées ou suspendues de sa survie.

Indications bibliographiques : • BAUDELAIRE, Salon de 1859 et Le Peintre de la vie moderne (1863) • Anne CAQUELIN, L’Invention du paysage (1989), PUF, 2000 • CHATEAUBRIAND, Génie du christianisme (1802), IIIème partie, livre V, chap. VI • Philippe DESCOLA, Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005 • Baptiste MONSAINGEON, Homo detritus, Seuil, 2017 • Roland MORTIER, La poétique des ruines en France, Genève, Droz, 1974 • Jacques RANCIÈRE, Le temps du paysage, La fabrique éditions, 2020.

2. UTOPIES, DYSTOPIES, APOCALYPSES
Jean-Michel Durafour, Sylvie Requemora, Christine Marcandier

S. Requemora. L’utopie a une histoire : ce qui n’est pas le moindre des paradoxes pour ce « non-lieu » ou ce « bon lieu » (les deux étymologies sont possibles) qu’inventent des philosophes, des écrivains, des artistes, imaginant une vie idéale, indifférente aux soubresauts historiques, afin de mieux critiquer leur présent. Ce séminaire se propose de retracer une histoire de l’utopie, de sa genèse (Platon, Thomas More) à sa dégradation contemporaine en fascination pour les dystopies et les apocalypses (comme dans la quasi-totalité des grosses productions hollywoodiennes actuelles). Faire l’histoire de ces récits de voyages fictionnels dans des mondes idéels, passés, présents ou futurs, qu’ils nous promettent le salut ou la catastrophe, n’est pas seulement une façon d’ouvrir d’autres mondes possibles, c’est aussi l’occasion de réfléchir à la possibilité même de concevoir un futur, quand l’utopie devient uchronie et quand la critique du lieu présent passe par l’invention d’un ailleurs géographique ou temporel. Comme le dit Fredric Jameson, « le futur utopique s’est révélé n’être que l’avenir d’un moment de ce qui constitue désormais notre passé ».

Corpus : • Platon, Critias (IVe av JC) • Lucien de Samosate, Histoire véritable (IIe s.) • Benoît, Navigation de Saint Brendan (XIIe s.) • Thomas More, Utopia (1516) • Cyrano de Bergerac, L’Autre Monde (vers 1645) • Marivaux, L’Ile des esclaves (1725) • Mercier, L’An 2440, ou Rêve s’il en fut jamais (1771) • Rétif de la Bretonne, La Découverte australe (1781) • Jules Verne, L’île mystérieuse (1874-1875) • Philip K. Dick, Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques (1968) et Ridley Scott, Blade Runner (1982) • Matt Reeves, Cloverfield (2008)

Bibliographie secondaire : • Corin Braga, Utopie, eutopie, dystopie et anti-utopies, metabasis.it, 2006 (à télécharger ici). • Carmelina Imbroscio, Requiem pour l’utopie ? Tendances autodestructives du paradigme utopique, Pise, Goliardica, 1986. • Jean-Michel Racault, L’Utopie narrative en France et en Angleterre de l’âge classique des Lumières (1675-1761) : étude de forme et de signification, Genève, Voltaire Foundation, 1991. • Lyman Tower Sargent et Roland Schaer, Utopie. La quête de la société idéale en Occident, BnF/Fayard, 2000.

C. Marcandier. « Vous pouvez continuer d’espérer que la catastrophe est évitable, et éprouver toujours plus de frustration et de colère face à l’inaction du monde. Ou vous pouvez accepter que le désastre est pour demain, et commencer à reconsidérer ce que cela veut dire d’espérer », écrit Jonathan Franzen dans son dernier essai traduit en France, Et si on arrêtait de faire semblant ? (éditions de l’Olivier, 2020).
Effondrement et fin du monde ne sont plus des eschatologies lointaines ou des prédictions millénaristes mais des perspectives concrètes, largement documentées par les scientifiques. Le scénario semble inévitable, également annoncé par une production fictionnelle pléthorique (films, séries, BD, mangas, romans) plébiscitée par un public toujours plus large. Cette section du séminaire interrogera les mises en fiction littéraires de ces productions de fins du monde : quelles topiques se voient renouvelées par les dystopies contemporaines ? Est-ce la fin du monde ou d’un monde ? En quoi nos imaginaires peuvent-ils pré-dire et peut-être conjurer une fin annoncée ?
Notre perspective devra beaucoup au programme qu’énonce Monique Wittig dans Les Guérillères : « tu dis qu’il n’y a pas de mots pour décrire ce temps, tu dis qu’il n’existe pas. Mais souviens-toi. Fais un effort pour te souvenir. Ou à défaut, invente ».

Bibliographie. • Jared Diamond, Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie (Collapse : How Societies Choose to Fail or Succeed, 2005), Folio, 2009 • Fredric Jameson, Penser avec la science-fiction (Archaeologies of the Future, 2005), Max Milo, 2008 • Jean-Baptiste Fressoz, L’Apocalypse joyeuse, Seuil, 2012 • Isabelle Stengers Isabelle, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, La Découverte, 2009 • Christian Chelebourg, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions Nouvelles, 2012 • Jean-Paul Engélibert, Apocalypses sans royaume. Politique des fictions de la fin du monde, Classiques Garnier, 2013 • Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde. La puissance critique des fictions d’apocalypse, La Découverte, 2019 • Yannick Rumpala, Hors des décombres du monde. Écologie, science-fiction et éthique du futur, Champ Vallon, 2018.

3. CLASSE DE CRÉATION EN LIGNE ET/OU SUIVI D’ÉCRITURE
Jane Sautière & Pierre Vinclair

Atelier JANE SAUTIÈRE. “Sauvagerie (se sauver)”. On part de : une bête se sauve, elle échappe à la domestication, à la captivité. C’est une tigresse, un cochon, un singe, un canari, une vache qui cache son veau, votre canari. Elle se sauve, elle sauve la vie dans le même mouvement. C’est aussi le but que nous assignons à notre écrit. Que la littérature soit la modalité, l’instrument de ce sauvetage, de cette sauvagerie. Elle prend toutes les formes qui lui conviennent. Elle est une plaque sensible, ignore la censure, va comme une bête, le rein bas, les yeux partout, pupilles dilatées. Elle va irrépressiblement au risque de la perte. Vous la suivez. Vous utilisez la nuit qui est le temps de la fuite et sera celui de l’écriture, ce qui est vu, pressenti, imaginé, yeux et oreilles absolument ouverts.

Bibliographie : • Yannick Le Marec, Constellation du tigre, Arléa • Jean-Baptiste del Amo, Règne animal,  Gallimard • Gérard Haller, Mbo, Harpo & • Franz Kafka, Communication à une académie, in La métamorphose et autres récits, Gallimard • Nastassja Martin, Croire aux fauves, Verticales. — • Jane Sautière, Mort d’un cheval dans les bras de sa mère, Verticales.
 
Atelier PIERRE VINCLAIR. La littérature est un humanisme. Elle s’est construite autour de l’idée que nous pouvions avoir une empathie avec autrui ; que nous pouvions, écrivains, en redonner les pensées de manière crédible ; que nous pouvions, lecteurs, nous attacher à la représentation d’une telle intériorité. Au principe du personnage, il y a l’idée d’une altérité mais relative, sur fond de commune appartenance. Et les grands romans sont des portraits : Madame Bovary, Portrait of a LadyMrs Dalloway, etc. 
Les animaux, eux, restent dans l’immense majorité des cas relégués au statut d’éléments du décor. Comment élargir l’écriture aux êtres non-humains ? Sur fond de quelle identité mettre en scène quelle altérité ? Peut-on imaginer un roman Sur l’alouette qui niche en face de chez moi, un Portrait du cheval de la ferme de Madame Marty, ou des Aventures de Miss Tique ?Qu’est-ce l’action d’un animal (de quel animal ?) et comment la décrire ? Qu’est-ce que son intériorité, et comment la décrire ? Comment faire le portrait d’un animal, et comment cela déplace la littérature ?
Ce sont à ces questions que nous essaierons de répondre, en pratique, dans l’atelier, en écrivant le portrait d’animaux individualisés, avec lesquels nous vivons, auxquels nous tenons, grâce auxquels nous tenons.

Bibliographie : • Ernest Seton, Lobo le Loup, Corti • Virginia Woolf, Flush : Une biographie, Le Bruit du temps • Jack London, L’Appel de la forêt et Croc-Blanc • Stéphanie Hochet, L’Animal et son biographe, Rivages poche — • Pierre Vinclair,  La Sauvagerie, Corti.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search