Fictions des mondes

1. COURS

1. MÉTHODOLOGIE. ARGUMENTATION ET NARRATION
Jean-Christophe Cavallin

Ce cours propose des outils méthodologiques susceptibles de réduire le clivage entre textes littéraires et textes critiques. Un roman, une nouvelle, un poème, mais aussi bien un mémoire de recherche, un essai ou un article de presse ne fonctionnent qu’à la condition de créer une discordance dont la tension engage la participation cognitive et affective de leur lecteur : sans conflit productif, pas de récit ; sans prémisses antithétiques, pas de discours démonstratif. L’antagonisme aux fondements de toute narration et l’antithèse aux fondements de toute argumentation permettent de penser un parallélisme général entre la grammaire disjonctive du récit et la grammaire dialectique des textes argumentatifs. Conçu à la fois comme propédeutique à la recherche et propédeutique à la création, ce cours prépare méthodologiquement aussi bien à la production qu’à l’analyse et à la critique des textes.

=> Lecture narratologique associée : Tension et résolution narrative dans le Cycle des Robots d’Isaac Asimov.

Bibliographie : • Aristote, Poétique (LP, 1990) et Topiques (GF, 2015) • Isaac Asimov, Le Cycle des Robots (J’ai Lu) • Raphaël Baroni, La Tension narrative (Seuil, 2007) • Umberto Eco, Lector in fabula (LP, 1989) • Boris Tomachevski, « Thématique » in Théorie de la littérature (Seuil, 1966).

2. PERSPECTIVES ÉCOCRITIQUES
Christine Marcandier

Dérèglement climatique, impact planétaire des activités humaines, biodiversité menacée, catastrophes écologiques, apocalypse annoncée : autant de sujets massivement entrés dans le champ littéraire depuis quelques décennies. Ces nouveaux sujets donnent lieu à de nouveaux discours et à de nouvelles topiques qui engagent le rapport entre réel et fiction et questionnent aussi bien nos représentations sociales, économiques et politiques que l’articulation nature/culture et le rapport de l’homme aux autres espèces vivantes.
L’écocritique — « application de l’écologie et de concepts écologiques à l’étude de la littérature » (Rueckert, 1978) — est une discipline apparue aux USA au début des années 1990 qui se propose d’analyser des textes dans lesquels la nature, l’environnement, les animaux, le posthumanisme ou l’apocalypse ne sont pas seulement des décors ou des prétextes mais les fondements mêmes du récit et de ses enjeux.
Que cette étude soit désignée sous le nom d’écocritique, de green studies ou d’écopoétique, elle se donne pour double objet d’interroger un faire littéraire (poiein) ou un discours (logos) sur notre « maison » (oikos) et de sortir l’analyse critique des limites des littératures nationales comme des genres et des disciplines : les textes écopoétiques répondent à des enjeux universels. L’objet de ce cours est de proposer une histoire de ce courant critique et de ses textes fondateurs, afin d’étudier en quelle mesure une telle approche critique, transnationale, transdisciplinaire et transmédiatique, enrichit notre analyse de textes de fiction en tant que producteurs de mondes.

=> lecture associée : Richard Powers, L’Arbre Monde, 10/18, 2019 (2018).

Bibliographie : • C. Chelebourg, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions nouvelles, 2012. • • The Ecocriticism Reader, Landmarks in Literary Ecology, ed. by Cheryll Glotfelty & Harold Fromm, Athens and London, The University of Georgia Press, 1996. • Pierre Schoentjes, Ce qui a eu lieu. Essai d’écopoétique, Wildproject, 2015. • Écopoétiques, Alain Romestaing, Pierre Schoentjes et Anne Simon (dir.), Fixxion, n° 11, 2015 (en ligne) • Stephanie Posthumus, French Ecocritique. Reading Contemporary French Theory and Fiction Ecologically, University of Toronto Press, 2017.

3. COURS DE LANGUE VIVANTE

2. SÉMINAIRES

1. POÉTIQUES DU PAYSAGE
Michel Bertrand, Lise Wajeman

Le paysage, comme espace et objet de représentation, n’a pas toujours existé. Parce qu’il n’a pas d’évidence naturelle, qu’il suppose un lecteur pour le déchiffrer, un spectateur pour le regarder, un promeneur pour le parcourir, un artiste pour l’agencer, le paysage est de main d’homme : fondamentalement lié à la naissance et à la crise de l’anthropocène, il est un enjeu fondamental pour la littérature et les arts plastiques aujourd’hui. De l’invention du paysage au Land Art, en passant par les vertus esthétiques de la pollution, ce séminaire observera comment nous définissions nos environnements.

Michel Bertrand. Ce séminaire sera l’occasion d’observer comment le paysage se constitue, se transforme, se défait. À cet égard, parce qu’il inscrit l’éphémère du temps dans la stabilité de l’espace, le land art est une parfaite métaphore du temps qui passe, de la marque de l’humain sur le paysage, de sa dégradation, de sa dissolution, de sa disparition… Et le lieu lui-même se transforme, au fil des saisons, selon les aléas des intempéries, sous le filtre des couleurs du jour et de la nuit. De l’installation rudimentaire au jardin, l’œuvre périssable est condamnée à disparaître et à ne subsister que sous forme de captation filmique ou photographique. Mais, ce que manifeste magistralement l’image, le texte ne l’exprimait-il pas lui aussi à sa manière sous la forme de poèmes adressés, de romans dédiés, d’œuvres théâtrales sans cesse reprises et délaissées ? Comme le paysage, le paysagiste est pure création, pure illusion peut-être. 

Lise Wajeman. L’invention du paysage (de Pétrarque à Diderot). Les charmes de la pollution (de Turner aux impressionnistes). Le paysage urbain contemporain (Bailly, Vasset, Sinclair…)

 Sources textuelles : • Pétrarque, L’Ascension du mont Ventoux [1336], trad. Yann Migoubert, Sillage, 2011. • Diderot, Salon de 1767, « La Promenade Vernet » in Ruines et Paysages, Hermann, 2008. • Georg Büchner, Lenz [1839], trad. J. P. Lefebvre, Seuil, Points, 2007. • Philippe Vasset, Un Livre blanc, Fayard, 2007. • Jean-Christophe Bailly, Le Dépaysement, Seuil, 2011. • Iain Sinclair, London Orbital, Actes Sud, 2016

Iconographie : • Giorgione, L’Orage, 1515. • Poussin, L’Orage, c. 1651. • Turner, Keelmen Heaving in Coals by Moonlight, 1835

2. UTOPIES, DYSTOPIES, APOCALYPSES
Jean-Michel Durafour, Sylvie Requemora, Lise Wajeman

L’utopie a une histoire : ce qui n’est pas le moindre des paradoxes pour ce « non-lieu » ou ce « bon lieu » (les deux étymologies sont possibles) qu’inventent des philosophes, des écrivains, des artistes, imaginant une vie idéale, indifférente aux soubresauts historiques, afin de mieux critiquer leur présent. Ce séminaire se propose de retracer une histoire de l’utopie, de sa genèse (Platon, Thomas More) à sa dégradation contemporaine en fascination pour les dystopies et les apocalypses (comme dans la quasi-totalité des grosses productions hollywoodiennes actuelles). Faire l’histoire de ces récits de voyages fictionnels dans des mondes idéels, passés, présents ou futurs, qu’ils nous promettent le salut ou la catastrophe, n’est pas seulement une façon d’ouvrir d’autres mondes possibles, c’est aussi l’occasion de réfléchir à la possibilité même de concevoir un futur, quand l’utopie devient uchronie et quand la critique du lieu présent passe par l’invention d’un ailleurs géographique ou temporel. Comme le dit Fredric Jameson, « le futur utopique s’est révélé n’être que l’avenir d’un moment de ce qui constitue désormais notre passé ».

Corpus : • Platon, Critias (IVe av JC) • Lucien de Samosate, Histoire véritable (IIe s.) • Benoît, Navigation de Saint Brendan (XIIe s.) • Thomas More, Utopia (1516) • Cyrano de Bergerac, L’Autre Monde (vers 1645) • Marivaux, L’Ile des esclaves (1725) • Mercier, L’An 2440, ou Rêve s’il en fut jamais (1771) • Rétif de la Bretonne, La Découverte australe (1781) • Jules Verne, L’île mystérieuse (1874-1875) • Philip K. Dick, Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques (1968) et Ridley Scott, Blade Runner (1982) • Matt Reeves, Cloverfield (2008)

Bibliographie secondaire : • Corin Braga, Utopie, eutopie, dystopie et anti-utopies, metabasis.it, 2006 (à télécharger ici). • Carmelina Imbroscio, Requiem pour l’utopie ? Tendances autodestructives du paradigme utopique, Pise, Goliardica, 1986. • Fredric Jameson, Archéologie du futur, I. Le désir nommé utopie et II. Penser avec la science-fiction, Max Milo, 2007 et 2008. • Jean-Clet Martin, Logique de la science-fiction. De Hegel à Philip K. Dick, éditions Les Impressions nouvelles, 2017. • Jean-Michel Racault, L’Utopie narrative en France et en Angleterre de l’âge classique des Lumières (1675-1761) : étude de forme et de signification, Genève, Voltaire Foundation, 1991. • Lyman Tower Sargent et Roland Schaer, Utopie. La quête de la société idéale en Occident, BnF/Fayard, 2000.

3. CLASSE DE CRÉATION EN LIGNE ET/OU SUIVI D’ÉCRITURE
Les étudiant.es doivent choisir entre les deux ateliers suivants :

=> Choix A : LES ÉCOLOGIQUES
Baptiste Lanaspeze et Marin Schaffner

Ce qu’on peut entendre par « écologie » est aussi vaste que complexe. Du point de vue occidental, elle est une science, née au sein de l’histoire naturelle, qui devient un mouvement social dans les années 1960, puis un mouvement politique et philosophique à partir des années 1970, pour altérer progressivement toutes les disciplines des sciences humaines.

Ce grand récit n’en est qu’un parmi d’autres. Mais plus encore, l’écologie elle-même, dans sa richesse interne, invite à raconter d’autres histoires, autrement.

Science des lieux, l’écologie tend à générer des récits — multiples, situés, temporaires et aventureux. Des histoires qui invitent à raconter la diversité des mondes et des situations, des temporalités et des espaces.

Vouloir raconter dans une perspective écologique, c’est donc forcément opérer par mélange. C’est construire des histoires depuis les marges, aussi bien que mettre à jour des enchevêtrements au-delà de l’humain (Raffles 2016, Tsing 2017). C’est abolir toute frontière entre poétique et politique, comme transformer la narration (Snyder 2018, Antémonde 2018, Pignocchi 2018). C’est encore multiplier les perspectives pour comprendre autrement ce à quoi nous tenons (Schaffner 2019)… Et la liste est encore longue.

Aux confins de la fiction et de la non-fiction, l’écologie peut ainsi s’appréhender comme une « science narrative » (Morizot 2016) qui recompose nos représentations.

Cet atelier d’écriture cherchera donc à proposer un ensemble d’outils pour mieux se saisir de ces hybridations — des savoirs et des styles, des perspectives et des formes. Son objectif sera de nous faire nous questionner sur la manière éthique dont se construit tout récit et, plus largement, sur les modes d’expression les plus à-mêmes de témoigner de la complexité avec la plus grande simplicité.

• MARIN SCHAFFNER est ethnologue, écrivain et pédagogue. Voyageur au long cours, il est l’auteur de l’ouvrage Un sol commun: lutter, habiter, penser (Wildproject, 2019) et traduit actuellement une anthologie de textes sur l’écologie sociale (à paraître, Wildproject, 2020). Il mène également de nombreux ateliers d’écriture et des formations en écologie auprès de publics variés — voir par exemple http://ecologiedulivre.org —, dans un souci d’émancipation collective des imaginaires. • BAPTISTE LANASPEZE est éditeur. Fondateur des éditions Wildproject, il est notamment l’auteur de Ville sauvage: essai d’écologie urbaine (Actes Sud, 2012). Il est également le cofondateur du GR2013 et des Sentiers Métropolitains (médaille d’Urbanisme). Par son travail d’éditeur, il accompagne les auteurs dans le développement de leurs mondes propres.

=> Choix B :  LES ÉCHOS CRITIQUES
Christine Marcandier et Lise Wajeman

Comme l’écrivent Yves Citton et Jacopo Rasmi dans Générations collapsonautes (Seuil, 2020), « l’effondrement cartonne ! ». Essais et fictions écopoétiques rencontrent un nombre croissant de lectrices et lecteurs, des maisons d’édition (Rue de l’Échiquier, Dehors, Wildproject etc.) se spécialisent dans ce domaine, d’autres créent des collections dédiées — comme « Anthropocène » ou « Points Terre » au Seuil. Enregistrant ce « basculement d’époque », les journaux construisent leur une ou titrent sur les catastrophes écologiques, le dérèglement climatique, la solastalgie, publient des tribunes et appels, etc.

Certes, la fin du monde fait vendre mais, selon les deux auteurs de Générations collapsonautes, il ne s’agit pas seulement d’un effet de mode mais bien d’un besoin de nouveaux types de récits : « nous ne nous découvrons « terrestres », selon le beau terme promu par Bruno Latour (Face à Gaïa, 2015), que pour nous en trouver aussitôt atterré.e.s — terrifié.e.s de nos attachements à une Terre que la plupart de nos gestes rendent inhabitables ».

Journalistes, chroniqueurs et critiques se doivent de rendre compte de cette nouvelle cartographie du contemporain, du côté des parutions comme de la profonde mutation du lectorat (lectrices et lecteurs de théorie ou fiction comme de journaux). Dès lors quelle place pour l’écriture journalistique dans un monde en crise, entre enregistrement d’une « vogue », mise en perspective critique et, parfois, engagement ?

Puisque, comme l’écrivait Latour dans Face à Gaïa, « tout change dans la manière de raconter des histoires », il s’agira dans cette classe en ligne de pratiquer différents types d’écritures journalistiques (portrait, compte-rendu critique, entretien, reportage…) pour mesurer en quoi les « décolonisations » de nos imaginaires et les questionnements éthiques portés par l’écocritique transforment la critique littéraire.

Quelques-uns des « échos critiques » que vous produirez, soumis au comité de rédaction du journal en ligne Diacritik, seront publiés dans la rubrique « Ecocritik ».

• CHRISTINE MARCANDIER a été journaliste littéraire pour Mediapart entre 2011 et 2015, elle est désormais co-rédactrice en chef de Diacritik. • LISE WAJEMAN est journaliste littéraire pour Mediapart depuis 2016.

LITTÉRATURE ET ÉCOLOGIE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search